Actualités apicoles 2017-11

Par Benoît Manet

Les belles découvertes apparaissent parfois là où on ne les attend pas. Dans l’optique de développer des alternatives aux traitements d’été contre varroa, différentes techniques apicoles ont été éprouvées émanant surtout de la filière bio (producteurs professionnels de miel et de gelée royale). Une d’entre elles essaie de simuler l’hiver en été en proposant un traitement en absence de couvain mais en pleine saison. Cette innovation, arrivée d’Italie où elle était utilisée déjà depuis 2008, consiste à isoler la reine soit dans une hausse placée sous le corps de ruche, soit plus récemment dans des cagettes plus ou moins grandes afin de libérer le corps de ruche de tout le couvain et permettre ainsi un double traitement flash à l’acide oxalique capable d’affecter les seuls varroas phorétiques1 restants. Dans l’utilisation des cagettes, une d’entre elles – la cagette Scalvini – est un peu apparue par surprise car un problème de fabrication a permis son utilisation-test dès 2013 auprès de différents groupements apicoles français du Sud. Elle a l’avantage d’occasionner peu de pertes de reine lors de la libération, notamment parce que celle-ci peut continuer à pondre dans les amorces de cellules couvrant le fond de la cagette alors que l’espace entre le fond de la cellule et la grille est insuffisant pour permettre le développement d’un couvain. Les ouvrières éliminent les larves au fur et à mesure et renouvellent ainsi de l’espace pour la ponte de la reine. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Actualités apicoles 2017-11

« Au rucher » 2017-11

Par Michel Smet

Que de remue-ménage dans les colonies en cette fin de saison 2017!. En effet, la chute du prix des semences de phacélie a donné l’occasion aux cultivateurs d’emblaver un gros paquet d’hectares de terre de cette plante mellifère et pollinifère. Cette plante a donc, en une année, supplanté la traditionnelle moutarde qui prenait place fin de saison dans les terres ayant produit des céréales et autre colza. Une aubaine me direz-vous. Et bien non, c’est même une catastrophe pour nous, apiculteurs. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur « Au rucher » 2017-11

Le mot du président 2017-11

Par Michel Smet

Et oui, d’ici peu, l’année 2017 se terminera. Le bilan apicole est une fois de plus mitigé. Certains d’entre nous ont pu réaliser une belle récolte globale, alors que d’autres n’ont pu engranger que quelques kilos de miel par colonie, voire pas de miel du tout.

Soyons bien clairs: réaliser une récolte impose trois conditions indispensables et simultanées. Tout d’abord, posséder beaucoup de butineuses, puis, disposer de grandes quantités de fleurs nectarifères dans les alentours du rucher, et finalement, et c’est bien là qu’est l’os, du temps chaud et ensoleillé sans vent. Ce « cocktail » n’est pas toujours facile à goupiller loin s’en faut!

Traditionnellement, nous fêterons notre saint patron Ambroise le samedi 11 novembre à 19 heures 30 « Chez Michel ». Voir menus dans la revue. Nous vous y invitons toutes et tous cordialement afin de passer un bon moment ensemble. Au plaisir de vous y rencontrer.

Michel Smet

Publié dans Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Le mot du président 2017-11

Actualités apicoles 2017-09

Par Benoît Manet

« Qui cherche trouve ». Cet adage fut particulièrement mis à l’avant de l’actualité cet été sous couvert de scandale d’œufs contaminés au fipronil. Les doses retrouvées ont inquiété  la santé publique avec des rebondissements entre analyses et contre-expertises mais notre réflexion sera également éveillée par le mode de fonctionnement d’une agro-industrie concentrationnaire à la recherche d’un profit maximum. Et que ce soit pour la viande aux hormones, le poulet à la dioxine, les lasagnes frelatées, ces différentes crises nous mettent chaque fois le nez sur un système de production particulièrement déviant. N’y-a-t-il pas de questions à se poser lorsque poussant le caddie, nous sommes séduits par des aliments pas chers. Evidemment tout est dans tout : les abus de ces industries agro-alimentaires répondent à une demande de produire au prix le plus bas. Avec la nécessité pour le producteur d’aligner son prix de vente à la baisse en dépit des coûts de production. Voire de disparaître au passage s’il ne satisfait pas au diktat des normes et du grand marché mondial. Haro sur les distances et les frontières, le respect des sols et des paysans, le temps est au tout pas cher, de la meilleure conformation et en toutes saisons. Ainsi, l’ogre agro-alimentaire aura réussi son opération de grande finance laissant derrière lui les conséquences de ce mode de production, notamment en termes de justice sociale, d’environnement et de santé publique. A ce jeu, reprenons notre rôle de consommateurs responsables, de consom’acteurs, convaincus que nous avons chacun un rôle qui peut porter ses fruits. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Actualités apicoles 2017-09

« Au rucher » 2017-09

Par Michel Smet

Avec septembre se profile tout doucement la période des froids hivernaux, bien que régulièrement, le mois de septembre en Belgique nous donne un été indien qui nous permet de finaliser la mise en hivernage des colonies dans de bonnes conditions.

Avant tout, il faut se préoccuper de terminer le nourrissement à base de sirop de sucre lourd composé de 10 kg de sucre pour 6 litres d’eau. Cela nous donne un sirop concentré à environ 65 % de sucre. Petite remarque à ce sujet: un sirop 50/50 demande beaucoup plus d’énergie à vos abeilles pour le stoker que le sirop 10/6. Pourquoi? En fait, c’est la réduction de la quantité d’eau qui pose problème, et c’est elle qui demande un travail laborieux et épuisant qui « use » vos avettes. Or, nous le savons, il nous faut des abeilles fortes et saines pour passer l’hiver. En résumé, nous veillerons à distribuer un sirop aussi « concentré » que possible afin de préserver la santé de nos abeilles destinées à passer la période froide de l’année. Le vinaigre placé dans le sirop participe à la transformation du saccharose en fructose et glucose qui sont assimilables par les avettes, ce qui économise aussi leur travail. Tout doit être mis en place afin de favoriser la mise en hivernage des peuples aux meilleures conditions possibles, et ce avant le 15 septembre car les nuits sont déjà froides, ce qui ne favorise pas la prise du sirop par les abeilles. Début septembre, mes colonies reçoivent le second bidon de sirop qui contient pour rappel 7,5 kg de sucre sec, ceci afin d’atteindre les 15 kg de sucre sec par colonie.

Fin septembre, les inserts d’apistan ou apivar seront retirés des colonies après 10 semaines de traitement. Ceci afin d’éviter toute accoutumance de la molécule active par les varroas, phénomène qui se produit malgré tout au fil des années et que l’on ne peut éviter malheureusement. Evidemment, ceux qui les laissent dans les peuples jusqu’en mars, favorisent cette accoutumance néfaste en tous points. Retirer les inserts est donc une obligation que se doit de respecter tout apiculteur digne de ce nom, c’est une affaire de bon sens.

En cette période de l’année, les colonies qui auraient perdu leur reine en cours de traitement seront rémérées si elles en valent encore la peine, sinon, elles seront démontées, les abeilles brossées devant d’autres ruches proches, ou devant une ruchette mérée qui était destinée à passer l’hiver en réserve pour le printemps suivant. Les abeilles de la ruchée démontée seront admises par la ruchette mise en place à sa place et viendront renforcer cette dernière. On peut favoriser cette réunion en aspergeant d’eau sucrée très légèrement les abeilles de la ruche défaillante mais aussi celles provenant de la ruchette de remplacement. Comme toute la communication de la ruche se réalise par trophallaxie, elles entrent en contact par l’eau sucrée, ce qui arrondit très favorablement les angles. Sachez que les demi-mesures ne payeront pas en cette période de l’année et que seules les colonies fortes peuvent encore être éventuellement rémérées afin de passer l’hiver dans les conditions requises. Pour les autres, le démontage est requis.

Le miel récolté et conditionné en maturateur est travaillé au malaxeur depuis plusieurs semaines déjà, et ce, afin d’obtenir un produit fin, crémeux et « frigo tartinable », qualité réclamée par la clientèle depuis de nombreuses années déjà. En effet, les consommateurs exigent un produit facile à tartiner par les enfants le matin quand le temps manque cruellement avant de partir à l’école ou au boulot. Il m’a fallu un certain temps pour me rendre compte de ce problème, mais depuis que je commercialise un miel tartinable, mes ventes ont explosé. Il n’y a finalement pas moyen de couper à l’adage qui veut que le client est roi. Nous devons nous plier à ses exigences. Pour ma part, je travaille mon miel en maturateurs de 100 kg afin de le rendre crémeux. Dès que ce stade est arrivé, je le soutire en maturateurs de 40 kg, facilement transportables, puis je le stocke tel qu’elle. Par la suite, je réchauffe le maturateur à une température de 30-35 degrés pendant quelques heures, puis je malaxe légèrement le miel afin de pouvoir le mettre en pots 3 jours plus tard. Pendant ces 3 jours, il est placé dans l’armoire à +- 26 degrés. Ce laps de temps permet aux petites bulles d’air de remonter en surface du maturateur et pas en surface des pots, phénomène qui se produit quand on le met en pots directement après l’avoir travaillé sans attendre 3 jours. C’est un détail qui a toute son importance quant à l’aspect final du miel en pots. Ne jamais courir pour bien faire les choses, telle est la devise du conditionneur de miel.

Cette façon de faire me permet de conserver ma récolte dans les meilleures conditions possibles au fil des ventes qui s’étalent pendant la période froide de l’année. En effet, mettre toute la récolte en pots en une fois en septembre pose le risque de voir le miel s’abimer au fil du temps, but qui est loin d’être recherché. Plus le miel se trouve en petit conditionnement plus il est fragile. Chose à soir et à ne pas oublier! De plus, ma façon de travailler me permet aussi de pouvoir vendre du miel en vrac (par 40 kg) toute l’année. Ce point est très important quand on a une grosse récolte à écouler et que l’on sait que tout ne sera pas vendu conditionné en pots.

Au rucher en octobre, les colonies qui seraient anormalement légères recevront un complément de sirop le plus tôt possible afin de posséder la dose suffisante pour atteindre le printemps. Ce sirop sera « inverti » de préférence afin que les abeilles ne s’épuisent pas à cette tâche. Obligation donc de l’acheter dans le commerce apicole car nous ne pouvons pas le fabriquer nous même malheureusement. Attention que cette situation doit rester exceptionnelle. Une colonie « normale » doit pouvoir hiverner avec 15 kg de sucre. Certaines, cependant, réclament toujours un peu plus que les autres. Une fois le nourrissement terminé, les nourrisseurs sont retirés des peuples, lavés et séchés comme il se doit, puis, rangés dans l’armoire. Les coussins d’hivernage seront placés sur les colonies, les toits replacés sur le tout et les entrées de ruches réduites afin que d’éventuels rongeurs ne puissent pas entrer. En résumé, tout sera mis en œuvre pour que l’hivernage des peuples se déroule dans les meilleures conditions.

Michel Smet

A relire: « Au rucher » septembre-octobre en 2016.

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur « Au rucher » 2017-09

Le mot du président 2017-09

Par Michel Smet

Chers amis des abeilles, c’est avec grand plaisir que je puis vous annoncer la reprise des cours de première année du second cycle de deux ans organisé par notre ASBL.

Nous voilà donc repartis comme autrefois avec deux cycles complets de cours théoriques et pratiques. Que du plaisir et du bonheur pour les apiculteurs et professeurs que nous sommes. Comme le disait si bien notre regretté ami Paul Petit, « notre savoir-faire, nous nous devons de le faire savoir« . C’est bien ce que nous ferons durant ces deux années qui s’annoncent plus que passionnantes avec pas moins de 16 élèves inscrits.

Nous les attendons de pied ferme ce samedi 16 septembre pour une prise de contact avec nos Avettes tant aimées.

Michel Smet

Publié dans Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Le mot du président 2017-09

Actualités apicoles 2017-07

Par Benoît Manet

Parmi les individus de la ruche, le regard se porte le plus souvent sur la reine et les ouvrières. La qualité de la première associée au nombre et aux activités des deuxièmes orientent les caractéristiques de la colonie. Et c’est bien sûr dans l’activité de butinage que chacun rencontre l’abeille dans son parcours laborieux de fleur en fleur collectant les ingrédients essentiels au développement de la colonie. Aborder la ruche ne peut pourtant éluder les mâles (ou faux-bourdons) qui forment une communauté trop souvent considérée comme parasite. Sauf pour qui fait de l’élevage, le mâle de l’abeille est trop souvent regardé comme une bouche inutile à nourrir. Il était autrefois évité voire sacrifié afin de garantir la production. L’utilisation de la cire sous forme de feuille gaufrée a eu pour fondements d’éviter que du miel ne soit détourné en cire 1 et plus radicalement que les ouvrières avaient mieux à faire que de bâtir. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Actualités apicoles 2017-07

« Au rucher » 2017-07

Par Michel Smet

Nous voici donc déjà arrivés à la fin de la saison apicole avec l’extraction du miel d’été qui pointe le bout de son nez. Elle sera effectuée au plus tard le 21 juillet afin de pouvoir réaliser un traitement efficace contre le fléau que nous connaissons depuis 35 ans déjà, la varroase. A ce sujet, une nouvelle méthode de lutte vient d’être mise en place avec l’apparition de la cage Scalvini qui permet un isolement de la reine pendant 24 jours tout en permettant à cette dernière de pondre. Quel est le principe de fonctionnement de ce système? Il se base sur le fait que nous savons depuis longtemps qu’une colonie qui ne possède plus aucun couvain operculé est facilement traitée par l’acide oxalique qui tue la totalité des varroas présents sur les abeilles. C’est sur ce principe que se base ce traitement: laisser la reine pondre dans une cagette spéciale pendant 24 jours, cagette qui de par sa conception, laisse pondre la reine, mais empêche le couvain d’arriver à terme. La reine encagée peut donc continuer de pondre pendant les 24 jours de son encagement, ce qui favorise sa reprise de ponte en masse après son encagement. Parallèlement à cela, tous les cadres du corps se libèrent de leur couvain au fur et à mesure des naissances, ce qui, après 24 jours, permet un traitement optimal du peuple et une extermination complète des varroas phorétiques présents dans la ruche. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur « Au rucher » 2017-07

Le mot du président 2017-07

Par Michel Smet

Chers(ères) amis(es) apiculteurs (trices), nous voici déjà arrivés au terme de l’année apicole. Le bilan est très mitigé avec des rendements qui vont de très mauvais à bons voire très bons suivant les endroits et l’état des colonies au moment des récoltes.

Nous le savons, trois critères fondamentaux doivent être rencontrés pour faire du miel:

  • la population de butineuses,
  • la présence de fleurs et
  • le beau temps.

Si l’un de ces facteurs vient à faire défaut, c’est l’échec pour la récolte.

Une chose est certaine, les abeilles travaillent toutes les unes pour les autres, qu’elles que soient les conditions et les moyens mis à leur disposition. Nos élus ne devraient-ils pas s’inspirer de ce modèle de vie et voir l’intérêt des citoyens plutôt que leurs intérêts personnels? L’avenir nous dira si une remise en cause est à l’ordre du jour. En attendant, bonnes vacances à tous et toutes.

Michel Smet

Publié dans Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Le mot du président 2017-07

Actualités apicoles 2017-05

Par Benoît Manet

Dans la dernière chronique de mars, j’évoquais le 100ème anniversaire d’existence de l’abeille Buckfast. De par sa large position dans les ruchers 1, il semble intéressant de se pencher sur ce succès et d’en expliquer le parcours. Aussi, comment l’aborder sans citer et relater la vie du Frère Adam qui en a été l’initiateur et dont la disparition vient de passer les 20 ans sans qu’une sorte d’hommage particulier ne lui ait été dédié.

Reine buckfast F1

Reine buckfast F1

L’histoire de cette abeille tant citée trouve son origine dans un moment de crises. Au début du 20ème siècle, alors que l’Europe rentre en conflit, les apiculteurs anglais subissent une mortalité interpelante de leurs colonies d’abeilles noires autochtones. Toutes disparaissaient du fait d’une épidémie dite de l’île de Wight. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Extraits de la revue | Commentaires fermés sur Actualités apicoles 2017-05